La déchirure

Notre premier voyage  PMR – avec fauteuil roulant.  C’est aussi notre dernier voyage au loin avec Johan….
Un nouveau tour en Asie, et surtout une envie d’aller voir Bernard, notre ami maintenant installé à Siem Reap.
Avec le fauteuil, ce fût souvent épique, mais la bonne humeur des autochtones ne nous a jamais empêchés de circuler… Une drôle d’aventure.. mais vous allez le découvrir.

Transports
Rien n'est prévu, mais tout est possible - Fauteuil pliant et un peu de marche 60%
Sites touristiques - musées - Parcs nationaux
Beaucoup d'endroit avec des marches (temples, musée...) 50%
Restaurants - Bars
Restaurants généralement de plein pied.. Parfois avec étage sans ascenceur 60%
Rues
Comme tout le monde circule, pas de problème, mais rien n'est réellement prévu 50%

préparation

Nous avons essentiellement tenu compte de l’avis éclairé de Bernard. Consultation sur internet et guide papier (LP), ont complété la préparation.

Itinéraire

voir le lieu en cliquant sur le lien

Siem Reap – Temples d’AngkorRemontée du fleuve Tonlé jusqu’à BatambangPhnomPenh (1) → Virée dans les montagnes Sen MonoronKep et bord de mer → ♥ Takéo et la famille Maes .

Nos coups de ♥

Siem Reap

Arrivés le samedi soir après un voyage plutôt tranquille, nous retrouvons avec grande joie notre ami Bernard qui est venu nous accueillir et qui va nous loger.
C’est la basse saison et pourtant la ville est très bruyante et agitée, Bernard nous expliquera que les fêtes de fin d’année sont de la folie… Bienvenue au Cambodge

Le premier jour, nous prenons notre temps, déambulation dans la ville, découverte des marchés, nous ferons la première visite des temples qu’en fin d’am du premier jour. Les pass étant valables 3 jours nous devons bien prévoir nos tours.
Bernard nous a déniché un chauffeur – tuk tuk – qui sera avec nous pendant pratiquement tout notre séjour à Siem Reap. Il est d’abord surpris par la présence du fauteuil roulant (heureusement pliant…) et après diverses manipulations, nous arrivons à nous installer – nous deviendrons experts dans le rangement du fauteuil roulant dans un tuk tuk..

Le chauffeur nous conduit là où il faut acheter les pass (pas directement aux temples) puis nous faisons une première visite avec le coucher du soleil. Nous constatons qu’il y a beaucoup de monde et décidons que nos visites auront lieux de très bonne heure.

La citée – Les temples d’Angkor

Attention, les accès pour les fauteuils roulants ne sont pas  « friendly », les temples n’ont pas été prévus pour. Rosanne pouvant marcher à minima, nous avons pu nous faufiler entre les pierres, sinon cela est très compliqué. Nombreux passages pavés et / ou goudronnés pour naviguer dans la cité.

L’ensemble étant immense, nous n’avons pas chercher à tout voir.
Lever très tôt  (6h ou 5h30) pour éviter les foules. Et quand il n’y a pas trop de monde les temples s’apprécient vraiment.
Hormis Angkor Vat qui ouvre à 5h les autres temples ouvrent à 7h30 donc pas la peine d’arriver avant.
Les temples à ne pas manquer

  • Angkor Vat : le visiter entre 6h30 et 9h. Les touristes qui viennent au lever du soleil partent vers 6h30 et nous laisse tranquille. Angkor Vat est majestueux et impressionnant par la taille et les innombrables bas reliefs. Une galerie entière de bas relief superbement sauvegardée
    C’est le plus grand édifice religieux au monde.
  • Angkor Thom
  • Bayon
  • Nazuon.
  • Thra Prom : superbe avec son enracinement incroyable -arbres et racines énormes qui enserrent les pierres.
  • Banteay Srei : En dehors du site principal (un peu de route en tuk tuk), de bonne heure et sans trop de monde, très beau, calme et très bien restauré.

Très photogéniques, ces temples sont de toute beauté, malgré l’affluence des touristes

Siem Reap (hors Angkor)

C’est une ville qui vit du tourisme et cela ce voit. Aucun problème d’accès en fauteuil roulant. Des bars, des salons massages, des restaurants, des bars,  etc… et du bruit dans le centre-ville les bars se faisant la concurrence au niveau sonore surtout dans Pub Street

Nous avons passé du temps avec Bernard et c’était bien sympa.
D’une manière générale les gens sont très souriants. Le pays manque d’infrastructures et les rues sont encombrées de déchets et c’est assez sale. Nous n’avons pas vu de mendicité, ni de hordes d’enfants qui réclament, comme dans d’autres pays.

La ville reste agréable à visiter, nous sommes allés au musée de la guerre, passés du temps sur la place principale et les arbres remplis de chauve souris ….

Journée de voyage en bateau jusqu’à Batambang  ♥

Nous avons réservé notre place pour une virée en bateau jusqu’à Batambang.
Bon, le bateau relève du spartiate, d’inaccessible en fauteuil roulant (encore un fois Rosanne peut marcher).
Une journée superbe et une croisière incroyable.

Nous traversons le Lac Tonlé, puis un bras de la rivière qui nous porte jusqu’à Batambang.
En chemin, nous croisons les villages sur l’eau, des myriades d’enfants jouant et souriant, tout cela sous le soleil…

Des paysages variant au fil des kilomètres, pause repas, soleil brûlant, le tout dans une belle atmosphère.

Un excellent souvenir… à recommander.

Batambang

Après cette magnifique journée, nous arrivons à notre hôtel – Sanker Villa, petit hôtel tenu par un couple de français. Parfaitement accessible, chambre en rez de chaussée, piscine et bar. Proche du centre. Centre qui est très très calme, après l’agitation permanente de Siem Reap, cela change un peu.. Par contre, hors saison, bien plus difficile de trouver un restau / bar ouvert et agréable. Nous allons au White Rose qui sera finalement notre cantine pour les 3 jours
Sur les conseils de la propriétaire, nous profitions de la première matinée pour le repos et petit déjeuner devant la piscine avant une balade dans la ville sous grosse chaleur, puis après une rapide sieste et David « notre chauffeur » de tuk tuk nous emmène. 
Visite d’une maison traditionnelle. La maison est belle la propriétaire accueillante mais le neveu qui fait la  visite parlant français est plus dans le business et finalement nous avons un sentiment curieux de n’avoir pas appris grand chose. On voit qu’il a la haine des vietnamiens et thaïlandais !
Nous reprenons la route sous la pluie mais à l’abri du tuk-tuk pour rejoindre une grotte d’où sortent des millions de chauve-souris à partir de la tombé de la nuit. Les guides indiquent 8 millions dans un nuage et un balai aérien qui dure 1/2 h.
Avant nous aurions dû monter en haut de la montagne mais il fallait payer 10$
ça sentait le coup touristique donc on est resté en bas et visité la pagode et Rosanne a pu échanger avec les moines.

Samedi matin lever de bonne heure direction le bambou train. Le train local devenu attraction touristique. Le train est sommaire une planche en bambou sur 2 essieux indépendants, une courroie relie un des essieux au moteur. Nous sommes assis à même la planche et en avant sur la ligne droite. C’est Space Mountain. Version Cambodge
Si un wagon arrive en face -il n’y a qu’un rail – on démonte on met de côté on laisse passer l’autre et on remonte et on repart.  Arrêt dans un petit village histoire d’être happés par les enfants et retour. Mais il faut attendre que l’ensemble des wagons soient arrivés pour repartir

La suite de la matinée se passe dans les villages d’artisans où se fabrique des confections à base de riz – les galettes de riz pour les nems, les pâtes et l’alcool de riz 70° pas si fort pour Johan
Une matinée sympa, puis repos l’am – piscine et le soir soirée au cirque Phare
A ne manquer sous aucun prétexte, c’est à Batambang que le cirque a été crée, mais vous pouvez voir les spectacles à Siem Reap ou Phnom Penh… Créé pour aider les enfants défavorisés, déscolarisés, victimes de violence, drogue… « Phare Ponleu Selpak cherche à y remédier et, pour cela, souhaite donner et faciliter l’accès à l’école, aux arts et à la formation professionnelle artistique aux enfants et jeunes adultes de sa communauté » (note issue du site).
Les spectacles sont très interessants, les enfants souriants et encore une fois une belle ambiance

Phnom Penh

Nous partons de bon matin en minibus pour Phom Penh.
Premier passage dans cette ville, que nous retrouverons en fin de voyage.
Nous découvrons l’agitation permanente de la capitale que nous avions déjà connu à Bangkok ou  Saigon. Nous avions réservé un hôtel avec une piscine dans le quartier proche du palais royal (Street 240) tout d’abord le Circa51 (fermé depuis)  et lors de 2ème passage The 252, bien nous en a pris …. il a fait très chaud et humide.
Sur l’ensemble de notre passage Phom Penh, nous avons visité :

  • Le palais royal et la pagode d’argent : Somptueux ensemble de temples, accès compliqué pour qui ne peut monter des escaliers. Mais l’ensemble est néanmoins très beau.
  • Le musée du génocide de Tuol Sleng : Indispensable pour comprendre les horreurs commises par les Khmers Rouges.  Une visite dure, glaçante, bouleversante. Accès sans trop de problème, des marches pour des salles à l’étage.
  • Déambulation sur le long quai de Sisowath : A différentes heures, le soir étant le plus agréable. Idéalement le week-end. Du monde de partout, des vendeurs en tout genre, des places pour faire du sport, des bars, des bars et encore des bars entrecoupés de restaurants. On peut se perdre dans les rues du quartier . Pour la petite histoire, nous avons déjeuner au Viva Mexico, avec le footbaleur Français, naturalisé Cambodgien, Star de l’équipe nationale… les serveurs étaient comme des dingues !!
  • Le marché russe, incroyable dédale d’échoppes en tout genre. Des vêtements à l’artisanat, en passant par la nourriture. Nous avons trouvé de beaux objets sur place, mais il faut fouiller.
  • Le vat Phnom avec une petite grimpette, poussez jusqu’à entrer dans le Raffles Hotel (et une folie, se payer une bière ou un café) – Magnifique hôtel…
  • Le marché central, dans un style art déco.
  • Le night market, là encore, un dédale de boutique en tout genre, très orienté pour les touristes. On peut manger sur place – c’est même conseillé et peu cher.
  • Tourner et bouger dans les rues les plus improbables, trouver des muffins géants…sentir les odeurs, les vibrations..

Nous avons circuler principalement à pied, en « roulant » sur la route (vue la qualité et la largesse des trottoirs) et nous n’avons jamais été klaxonnés, ni invectivés…. tranquilles quoi.

Pour se rendre dans les quartiers éloignés, nous avons pris les tuk tuk avec notre  technique hyper au point pour le pliage du fauteuil roulant  et son ajustement dans l’habitacle !

Virée dans les montagnes – Sen Monoron

Nous avons décidé de partir dans l’est du pays, dans les montagnes jusqu’à Sen Monoron, dans la province du Mondulkiri.
Le voyage fut long et fastidieux. Le fauteuil roulant a failli être oublié, en tout cas il n’a pas été ménagé…
Nous avions réservé au Nature Lodge.

L’accueil est chaleureux, la  salle commune très avenante. Néanmoins, impossible d’utiliser le fauteuil roulant pour aller jusqu’à notre chalet sur pilotis !!! Donc absolument galère pour Rosanne.
Nous l’avons aidée, mais ce fût très compliqué, la pluie fine n’aidant pas à l’opération..

Nous sommes venus ici, car ils ont lancé un programme de réhabilitation des éléphants, en développant des « sanctuaires » pour qu’ils se reproduisent et surtout soient soignés correctement.
Nous réservons avec Johan une journée de trek dans les montagnes et la découverte des éléphants. Jour de pluie intense, heureusement nous sommes équipés.
La journée fût agréable, plusieurs rencontres avec les animaux, partage de repas avec une communauté.

Rosanne est restée au camp. De fait, nous décidons de repartir le lendemain, car il est impossible pour elle de faire quoi que ce soit d’agréable ici..

Kep et autour

Nous sommes donc repartis au matin du Sen Monoron pour rejoindre Kep, une journée encore longue en mini-bus.
Arrivés en fin de journée sur Kep, nous avons pris nos quartiers au Kep Lodge un superbe endroit pour se relaxer après les heures de mini-bus, le bruit de Phnom Penh et se reposer tout simplement.
Et c’est ce que nous avons fait principalement, le village étant plutôt petit, on fait vite le tour, le soir restaurant pour manger … du crabe.

Après notre jour de repos , et pour les 2 jours suivants, nous avons louer un scooter D’abord pour aller visiter une plantation de poivre, très intéressant – la Sothy’s Pepper Farm permet d’obtenir des informations sur cette culture et par ailleurs d’acheter leur précieuse récolte. Puis direction Kampot au bord de la rivière, un ancien pont Français, quelques vieilles bâtisses…une balade bien agréable, le nez au vent en traversant villages, paysages de rizières et diverses plantations, retour par un temple où nous croisons enfants et familles dans une belle ambiance.

Le lendemain, pour aller faire le tour du parc national de Kep, mais aussi le long de la plage et jusqu’au « centre du village » de Kep.

Un bon séjour dans l’ensemble, avant la remontée sur Phom Penh mais surtout pour rejoindre notre coup de coeur — la région de Takeo et la rencontre avec la famille Maes.

Takeo et Meas Familly

Notre dernière étape avant le retour à Phnom Penh se fait à Takeo au sein de la Meas Familly un peu à l’écart de la ville, en pleine campagne, dépaysement garanti.
Nous sommes immergés dans la vie quotidienne de cette famille qui œuvre auprès des populations locales – femmes en particulier – pour leur apporter du travail en dehors de période de plantation du rizqui dure 3 mois. Ils ont mis en place – avec l’association Sonas – un environnement économique pour permettre à ces personnes d’avoir un revenu régulier et non pas de vivre de la charité.
Notamment avec des ateliers de filature, confections d’écharpes, vêtements qui sont revendus sur les marchés ou dans des magasins de Siem Reap ou Phnom Penh.
Nous avons partagé la confection des couleurs des pelotes de fils, réalisation de savons et visité l’atelier.
Nous avons échangé longuement avec la famille pendant les repas pris en commun. Moments riches.
Nous nous sommes perdus dans la campagne environnante au travers des chemins de terre et visité la ville de Takeo – quelques vieilles maisons et la vie quotidienne des marchés…

Trois jours coups de cœur pour terminer notre séjour cambodgien, à conseiller sans hésiter…

Transports
Aucun problème dans les bus, Attention, toutes les stations de métro ne sont pas équipées 80%

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!